Deux mille dix sept.

Quelle année!

Notre année fiscale s'est terminée il y a quelques jours. C'est l'heure du bilan. On va bientôt lancer les candidatures COFACTORY 2017, mais avant cela, prenons un peu de recul sur la saison passée.

D'un point de vue chiffres, l'année aura été bonne. La société et la marque progressent. Nous avons presque atteint nos records passés (sous un autre nom...) en terme de ventes et même si la santé financière d'une entreprise n'est pas un sujet qui passionne, une entreprise ne peut pas vivre seulement d'amour et d'eau fraîche. Ce point passé, on peut se concentrer sur ce qui nous anime réellement.

Lire la suite

Offre et tarifs 2016

Notre année fiscale commençant au 1er novembre, nous en profitons pour ajuster le prix de nos cadres à partir de cette date, après plusieurs années de stagnation. C'est aussi l'occasion de rappeler les tarifs de certaines de nos options (sachant que tout ce qu'il est possible de faire n'est pas listé...).

Pour ceux qui nous ont contacté ces dernières semaines et qui ne se sont pas encore décidés, qu'ils se rassurent, nous appliquerons pour eux les tarifs 2015.

Les prix s'entendent pour un achat en direct chez nous. Si vous passez par un magasin, il y a un surcoût de 300€ sur le prix du cadre sur mesure et 200€ sur les autres (on vous explique pourquoi ici).

Lire la suite

Randonneuse Titane / Gravel Bike

Une randonneuse titane "plus" ?

La semaine dernière, nous avons livré notre premier "Gravel Bike". Un vélo, dont le nom français reste à trouver. Car ce n'est ni un pur vélo de course, ni une randonneuse, ni un "fitness / trekking / ....".  

La meilleure description que nous en avons est la suivante : C'est un vélo de course, pour aller vite et loin, qui ne s'arrêtera pas au premier chemin en terre (ou de graviers) qui se présentera.

Vous me direz : "C'est une donc une randonneuse !". Oui... Mais non : L'esprit est différent et l'objectif n'est pas le même.

En l'occurence, le cahier des charges était clair : un vélo de course, qui va partout, de nuit comme de jour. Alors, une Randonneuse est souvent un noble destrier, mais ce n'est certainement pas un vélo que l'on engagera sur une cyclo-sportive. Même sans ses gardes-boue et porte-bagages... Celui-ci, si.

Lire la suite

Concours de Machines 2016, on y était.

Voilà, le concours s'est terminé dimanche dernier. J'ai pris un peu de temps avant de vous proposer ce long compte rendu. 

Pour les pressés, en résumé, notre "Randonneuse légère" était la 2ème plus légère (ex aequo avec Victoire), elle a absorbé 100% des parcours sans une casse ou crevaison et sans qu'aucun tour de clé n'ait été nécessaire.

Mais nous avons fini dans les derniers.

Mauvais choix esthétiques ? Le public rencontré n'était pas "le nôtre ? Nous attendons encore le détail des résultats pour comprendre.

D'aucuns diraient que nous avons la défaite amère et ils auraient sûrement un peu raison, mais c'est surtout un sentiment d'incompréhension qui prévalait lors du trajet retour en Savoie dimanche soir. Non pas que nous nous attendions à gagner, ni même être dans les premiers. Mais bon... Quelque chose nous a manifestement échappé.

Lire la suite

Le titane est éternel... Le carbone, c'est moins sûr.

En 2006, nous lançions deux modèles de cadre titane à l'arrière en carbone : Le "BULLET" et le "PROJECTILE". Comme leur nom l'indique, c'étaient des cadres pour coursiers. Un entre-axe court, avec un renfort au niveau du boitier, rigidifiait le triangle arrière du cadre, dans le but de lui donner un comportement plus sec. Il fallait que cela claque !

Mais ce cadre, avec un tube de selle en 32 et un tube oblique en 38, rattrapait la rigidité des ses bases et haubans par une plus grande flexion du triangle avant (comparativement au "standard" actuel avec un tube de selle en 35 et un tube oblique en 42). 

Lire la suite

Recherche coureurs COFA'

Il est temps de retourner à la compétition, il est temps de rassembler la famille COFA' !

En 2015, après un an d'absence due à quelques changements, disons, esthétiques, nous espérons à nouveau montrer nos couleurs en peloton.

Depuis 2006, nous avions réussi à constituer une petite famille de coureurs, avec qui nous avions développé une certaine proximité. Du fond de notre atelier, nous suivions les courses, mais aussi l'entraînement, les chutes, les blessures, les moments de joie et de peine... Et parfois, on avait la chance de retrouver "nos coureurs" sur les courses dont nous étions partenaire. Le comble du bonheur, c'est lorsque nous intégrions, modestement, la course avec eux !

Lire la suite

Plus d'articles...

Nous contacter

En savoie !

Des Questions ?